La SFHJS, Société Française pour l’Histoire de la Jeunesse et des Sports,  est une société d’histoire qui a pour objet

  • la recherche,
  • la sauvegarde,
  • la diffusion
  • l’analyse
  • et la promotion

… de témoignages, de thèses, d’essais et de documents concernant l’histoire des politiques publiques de la jeunesse, de l’éducation populaire et des Sports, portées par les Ministères et les Pouvoirs publics ainsi que l’histoire des organismes qui ont été impliqués dans ces politiques de développement social, économique et culturel.

Ce regard sur l’histoire a pour principal objet de mieux comprendre le présent.

Présidente : Amélie TURET
Vice-Président : Maurice PICHON
Secrétaire : Danielle FRELAND
Trésorière : Denise BARRIOLADE

 

Société française pour l’histoire de Jeunesse et Sports (SFHJS)
Historique de présentation
Au commencement…

 

En juillet 1996, un colloque organisé par la direction de la jeunesse et de la vie associative, célébrait le 50ème anniversaire du festival d’Avignon sous le titre Les stages de réalisation, 50 ans d’aventure artistique. Cet événement a réuni de nombreux acteurs : hommes de théâtre, instructeurs et conseillers techniques et pédagogiques de différentes générations, historiens… Au-delà de l’événement lui-même, une prise de conscience s’est fait jour : nombre de ces acteurs allaient disparaître sans que soient sauvegardées la trace, la mémoire de l’expérience singulière menée par eux au sein d’une administration tout aussi originale.

 

De cette prise de conscience est née l’idée de constituer un fonds d’archives privées du secteur de la jeunesse et de l’éducation populaire, qu’elles proviennent d’associations ou de personnalités ayant joué un rôle dans ce domaine. Et ce fut le PAJEP : Pôle des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire, créé en 1999.

 

Depuis le début des années 1990…
Une prise de conscience similaire, en vue de la sauvegarde, de la transmission des connaissances et de la valorisation de la culture professionnelle des divers acteurs ayant exercé au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports avait conduit à réaliser différents travaux et rencontres.
Le besoin de rassembler les différentes parties de la mémoire du ministère a fait émerger l’idée de constituer une structure permanente ayant pour mission d’en assurer la conservation et la diffusion.
Après nombre de réunions informelles, une association de préfiguration pour «un comité d’histoire des ministères de la jeunesse et des sports » est créée en 2004 dont les travaux permettront la création d’une entité ministérielle le 17 avril 2007 : le comité d’histoire des ministères chargés de la Jeunesse et des sports était né.
Pour autant l’association de préfiguration a souhaité perdurer, a adopté le nom de Société française pour l’histoire de Jeunesse et Sports et conduit des actions soit de manière indépendante soit en partenariat avec le comité d’histoire.
Aujourd’hui…
Ce partenariat s’incarne dans une action autour du recueil de témoignages des conseillers techniques et pédagogiques, successeurs des instructeurs nationaux. Recrutés par une administration qui, à la Libération, avait posé la pratique culturelle et artistique comme un projet politique, ils ont exercé leur discipline au travers d’une pédagogie, celle de l’éducation populaire : une mission éducative distincte de l’instruction publique des enfants et des jeunes, et dont l’objet premier n’était pas l’élaboration d’un patrimoine artistique national.
Les temps ont changé et l’action actuelle du ministère n’est plus la même ; mais il n’en reste pas moins que restent à faire le recensement et l’analyse de l’héritage laissé par les CTP dans le domaine artistique. Nombre de structures, de formations, de productions… sont nées de leur action et nombre d’artistes et responsables culturels d’aujourd’hui en sont souvent les héritiers… sans le savoir
Le projet…
La SFHJS et comité d’histoire s’associent pour mener des entretiens avec des CTP, retraités ou encore en activité, ayant exercé une spécialité – artistique ou spécifique -. Ces entretiens sont menés par des collecteurs volontaires. Des contrats seront signés entre collecteur et SFHJS/CH et entre ces derniers et le témoin. L’option prise à partir des recommandations des services d’archives est de procéder à des enregistrements dirigés sur la base d’un guide d’entretien, de les étalonner en notant, thème par thème, la durée de chaque séquence. Ces enregistrements et la fiche d’étalonnage, seront ensuite déposés aux Archives nationales ou départementales concernées et mis à la disposition des chercheurs. Le témoin, le comité d’histoire et la SFHJS disposeront d’un exemplaire chacun.
Il est proposé d’ouvrir les réunions de CA/bureau aux responsables des groupes de travail de la SFHJS constitués en juin 2014 sur les sujets retenus en Assemblée Générale :

  • valorisation de l’histoire du CREPS Ile de France,
  • réflexion sur l’évolution de la formation et des reconnaissances certificatives des bénévoles et des professionnels JEPS,
  • histoire des politiques publiques d’éducation à la culture scientifique et technique et à la maîtrise critique des nouvelles technologies…