Le site WEB – plate forme de formation intranet et extranet créé en 2000 pour le lancement des formations des emplois jeunes et l’accompagnement du déploiement des espaces publics numériques pour la jeunesse au CREPS Ile de France : Pointcybformations a disparu des lignes Internet : http://www.creps-idf.fr/pointcybformations/.

 

Ce site de ressources placé en « Archives vivantes depuis 2012 » après le Décret de transformation des CREPS de juin 2011 a permis d’assurer comme plateforme pédagogique les formations à distance JEP pendant 11 années de travail pédagogique innovant et sur mesure de 2000 à 2011.

Dès 2004, les préoccupations actuelles concernant  la lutte  contre la fracture numérique dans sa dimension culturelle était déjà appréhendée et travaillée avec les professionnels des Espaces Publics Numériques.

 

Ce site a fait l’objet d’une publication de l’INJEP : Education Populaire et FOAD.

Il avait été cité comme le premier site ressources pour les animateurs multimédia en 2001 par Planet’Anim. Il avait été présenté lors de la première rencontre sur les systèmes de formation à distance organisé par la DVAEF en 2002.

Cette plateforme de formation s’appuyait sur le système de gestion de contenu (CMS) DotNetNuke (DNN version 1). Ce système d’application Web dynamique était révolutionnaire dans l’histoire des plateformes de formation à distance car il permettait pour la première fois une prise en main pédagogique libre et interactive permettant de rendre attrayante la relation à distance entre stagiaires et formateurs en libérant le formateur d’une interface ergonomique trop contraignante et d’un recours systématique au programmeur. Cette innovation a marqué le début du métier de « WebFormateur » et a donné lieu à l’accompagnement (dans le cadre de formations PNF et PRF) de 40 plateformes FOAD en pépinière pour l’animation des réseaux nationaux (plateforme Intranet du PEM), régionaux, départementaux des dispositifs de jeunesse et d’éducation populaire.

Cette plateforme avait permis d’accompagner les formations suivantes :

Bien avant les MOOC (Massive Open Online Course), forum et interactivité ont été recherchés pas à pas en négociant auprès des webmaster les clés techniques pour ouvir toujours plus la plateforme aux contributions.Ce site n’a pas pu être sauvé malgré les nouvelles instructions sur l’archivage dans les établissements publics et  l’existence d’un dépôt légal des sites internet (notamment publics) :
http://www.bnf.fr/fr/professionnels/depot_legal/a.dl_sites_web_mod.html

C’est encore un pan de mémoire, 11 années de travail innovant, de savoir, d’expérimentations, une véritable bibliothèque qui disparait par négligence et ignorance.

Ce site historique rassemblant des productions de formateurs et de stagiaires recélait également les participations précieuses de Joël BALLAVOINE pour la rencontre inaugurale des Points CYB et de Denise BARRIOLADE pour la seconde rencontre.

Joël BALLAVOINE y avait raconté la mobilisation du Ministère sur le plan informatique pour les jeunes avant le plan informatique pour tous. Il avait également fait le lien entre le lancement de la MAPI et les radios libres.

Une pensée envers tous ceux qui ont participé à cette aventure de la FOAD et du lancement des Espaces Publics Numériques dédiés aux jeunes dans le réseau information jeunesse. Des remerciements notamment aux programmeurs Jean-Michel Breithoff et Patrick Dupuis qui ont permis son existence technique et ont supporté patiemment des exigences pédagogiques toujours plus ambitieuses !

Quelques traces grâce au site Generationcyb, le site des Points CYB – Espaces Jeunes Numériques, également à protéger et à valoriser : http://www.generationcyb.net/+9-juin-2011-Reunion-preparatoire,0823+

http://www.creps-idf.fr/pointcybformations/

La page est introuvable

Il se peut que la page que vous recherchez ait été supprimée, ait changé de nom ou soit momentanément indisponible.

Essayez les opérations suivantes :
  • Assurez-vous que l’adresse du site Web affichée dans la barre d’adresses de votre navigateur ne contient pas d’erreur.
  • Si vous avez atteint cette page en cliquant sur un lien, contactez l’administrateur du site Web pour lui indiquer que le lien est mal formaté.
  • Cliquez sur le bouton Précédent pour essayer un autre lien.

Erreur HTTP 404 – Fichier ou répertoire introuvable.
Services Internet (IIS)

Informations techniques (destinées au personnel du Support technique)
  • Sur le site des Services de support technique de Microsoft effectuez une recherche dans les titres avec les mots HTTP et 404.
  • Ouvrez l’Aide IIS, qui est accessible dans le Gestionnaire des services Internet (inetmgr) et recherchez les rubriques intitulées Installation d’un site WebTâches d’administration courantes et À propos des messages d’erreur personnalisés.

 

 


Pourquoi l’accès à ce site portail à visée d’éducation populaire est primordial ?

Constater que les questions débattues aujourd’hui avaient déjà cours il y a 10 ans est en soi une information capitale.
Laisser le libre accès à des ressources et à des connaissances élaborées dans le cadre de politiques publiques financées par l’Etat alors que l’ouverture des données devient un enjeu de démocratie et de compétitivité économique est indispensable.
À l’heure oú certains tentent de faire croire que l’on prend seulement conscience aujourd’hui de la question des fractures numériques culturelles alors qu’elles ont toujours été contenues dans les dynamiques socio techniques est un effet de communication dont l’enjeu est inquiėtant. En effet, ce discours va de pair avec l’institution du concept de « médiation numérique ». Ainsi, la terminologie « Espaces Publics Numériques » serait dépassée ! Alors, qu’au contraire, cette appellation est toujours avant gardiste et colle parfaitement aux logiques  des InfoLab, des  LivingLab, des  FabLab mais pour entrevoir cette richesse sėmantique, il faut ētre effectivement doté de la double culture technique et humaniste.
Faut-il malheureusement avoir fait ses humanités pour lire et entendre « Espace Public » au sens d’Agora et non pas d’équipement ouverts à des publics ?
S’il faut changer, parlons d’Agora Numériques